Retour

Babette Rivers

" Je suis née pour servir Dick! "

 

     Interview et photos : Bernard Alés ( CINE TELE-REVUE BELGIQUE)
 

Voilà vingt-trois ans que Babette et le plus rocker des chanteurs français se connaissent. Lui a eu un coup de foudre, elle n'osait pas y croire. Détail troublant : Mouche, la premiére épouse de Dick Rivers, qui partageait encore sa vie à l'époque, est née, comme Babette, un 13 septembre. Le plus étonnant, c'est que, aprés une période inévitable de culpabilité, de tension et de souffrance, les deux femmes sont devenues les meilleures amies du monde. Depuis leur rencontre, dans un club de Toulouse, Dick et Babette sont inséparables. Elle est constamment présente à ses côtés, s'occupe de ses costumes de scéne, de son brushing et conduit la voiture. Une tâche qu'elle adore et qu'elle accomplit avec amour. Le rocker pur et dur aime aussi être là oú on ne l'attend pas. Outre la sortie d'un nouvel album, il sera, en octobre, sur la scéne de Chaillot pour interpréter " Les paravents ", de Jean Genet.

Lorsque vous avez rencontré Dick Rivers dans une boúte de nuit de Toulouse, quelle a été votre premiére impression?


 Il faut dire que c'était le seul chanteur français qui me plaisait. J'étais assez punk à l'époque et j'avais des goûts trés " hard ".


Comment s'est-il comporté? Avez-vous eu l'impression d'avoir affaire à un dragueur?


 Une amie m'accompagnait, et il nous a invitées à boire un verre. Je pensais qu'il était attiré par ma copine et non par moi. J'étais trés réservée. En fait, on a papoté et cela a été trés sympa.


Etre abordée par quelqu'un de connu, cela changeait quoi pour vous?


 Pour moi, une célébrité ne pouvait pas s'intéresser à une provinciale, ou seulement de maniére passagére. Là-dessus, je suis partie un mois en Italie. A mon retour, tout le monde m'a dit : " Il te cherche partout. " Je pensais que c'était une blague. Ma réaction? J'étais toute fiére, c'était top, d'autant que j'estimais qu'il sortait du lot. J'aimais sa façon d'être. A ce moment-là, je zappais les chanteurs français, ils me laissaient de marbre. La premiére fois que j'ai vu Dick, il interprétait un morceau un peu western, assis sur scéne. J'étais restée scotchée à ma télé. Je l'ai rencontré deux semaines plus tard.


Pourquoi étiez-vous partie en Italie? Vous avez fui?


 Pas du tout, mais je n'y croyais pas. Je lui ai donné un faux numéro, étant donné que je n'avais pas le téléphone. Quand on m'a dit qu'il voulait me voir, j'ai répondu : " Arrêtez de vous foutre de ma gueule ", mais je suis redescendue dans le même club, et il était là.


Vous aviez un faible pour l'artiste, mais qu'est-ce qui vous a fait craquer chez l'homme?


 Sa sincérité, sa gentillesse... Il est vraiment adorable. C'est un mec bien.


Il y avait toutefois un probléme : il partageait la vie d'une autre femme et vous deviez vous voir en cachette...


 Il attache une certaine importance à l'astrologie et a donc voulu savoir de quel signe j'étais. Je lui ai annoncé que j'étais du 13 septembre. Il semblait troublé. Je lui ai demandé s'il connaissait quelqu'un né à la même date, mais il ne m'a pas répondu. En fait, Mouche, à qui il était marié, était également du 13 septembre. Quand j'ai appris qu'il avait quelqu'un dans sa vie, je lui ai raccroché au nez et j'ai arrêté de le voir. J'habitais un petit village, et un beau jour, je l'ai vu installé à la terrasse du café que je fréquentais. J'avais l'impression d'avoir la berlue, j'avais les jambes coupées. Et c'est reparti.


Vous n'aviez pas 18 ans, lui en avait un peu plus de 30. Cela ne vous gênait pas?


 Non, car je n'aimais pas les garçons de mon âge... Lorsque ma mére a été au courant, elle m'a sorti : " Mais il est vieux! " Cela n'a pas été plus loin. (Rires.) J'ai des parents sublimes. Il n'empêche que j'ai culpabilisé devant cette situation. Mouche est une femme magnifique. Je me disais : " Je ne peux pas la faire souffrir, elle ne m'a rien fait. " Par la suite, j'ai appris à l'apprécier et à l'aimer. Elle fait partie de notre vie. Je garde actuellement ses petits-enfants, qui sont en vacances. Elle connaút mes parents, et sa fille est là en ce moment. En fait, j'ai pris toute la famille!


Voilà un comportement peu ordinaire...


 Je n'aurais pas pu faire de mal à Mouche. Si les gens réagissaient ainsi, peut-être que le monde irait mieux. Dick n'étant pas libre, soit je rompais, soit j'adoptais ses proches. Pour lui, c'était primordial, sinon, notre couple n'aurait pas tenu.


 Une situation d'autant moins banale que son épouse aurait dû vous prendre en grippe...


 Au début, cela a été forcément un peu difficile, mais un jour, on s'est contactées et on a décidé de se voir. Nous avons pris rendez-vous. C'était drôle, car nous nous demandions toutes les deux : " Est-ce qu'elle va me plaire? " Les circonstances étaient hallucinantes, et Dick n'était pas au courant... On s'est bien entendues, découvertes, appréciées... On a papoté pendant des heures. Je lui ai dit que je ne souhaitais pas lui nuire et que j'étais prête à retourner à Toulouse. Et là, elle m'a répondu : " Mais non, pas question! " Je pense que chacune de nous a été sincére. Aprés, nous sommes partis vivre à Nice pendant trois ans. Nous avions un studio d'enregistrement, et Mouche est venue y travailler avec un groupe qu'elle produisait. Dick était allé à Paris ce jour-là. Lorsqu'il est rentré, il a ouvert la porte du studio et nous a vues toutes les deux face à face. Il est resté sans voix, ça lui a fait un choc énorme. A présent, nous sommes les plus grandes amies du monde. S'il lui arrivait un truc, j'en serais malade. Je serai tout le temps là pour elle, et pour Dick, c'est pareil. Mouche est quelqu'un d'admirable et que j'aime profondément. Elle a refait sa vie avec une personne sublime et qu'on adore aussi. On passe les Noëls ensemble et beaucoup d'autres moments. On s'entend tous formidablement bien, et il n'y a jamais d'embrouilles entre nous. Une situation magnifique.


Comment avez-vous vécu l'époque oú vous vous rencontriez en cachette?


 Trés mal. C'était horrible, insupportable... Mouche a vraiment souffert. Dick et elle avaient connu treize ans de vie commune, sans aucun souci, et d'un coup, tout s'effondrait. C'était affreux pour elle.


 Vous accompagnez Dick en tournée, vous vous occupez de son brushing, de ses costumes...


 Je les fais fabriquer, car ce genre de vêtements est plutôt difficile à trouver en France. Je le maquille, le coiffe. Son régisseur s'occupe de ses tournées, et moi, je m'occupe de lui. Au fil du temps, c'est devenu indispensable. Je crois que toute femme doit l'être pour un homme. Et puis, si je prenais un boulot de mon côté, on ne se verrait jamais. On a une réelle complicité. Nous sommes ensemble 24 heures sur 24, et cela fait vingt-trois ans que ça dure! On se marre des mêmes choses. Dés que je pars cinq minutes, il panique. On est vraiment des siamois. (Rires.)


 Vous démentez l'idée selon laquelle il n'est pas bon pour un couple de tout partager et de vivre constamment ensemble...


 Oui, je ne suis pas d'accord du tout avec ce point de vue. Notre mode d'existence m'est nécessaire.


Et le plaisir de se retrouver?


 On ne le connaút effectivement pas, mais quand Dick n'est pas là, il me manque. Bien sûr, il nous arrive de nous engueuler. Je suis trés critique : si sa prestation à la télévision ne m'a pas plu, je ne me prive pas de le lui dire. De même, si une chanson ne me convainc pas, je la casse.


 Le fait de le suivre partout vous permet aussi de garder un ½il sur les fans trop entreprenantes...


 Non, je m'en fous. Les fans sont des gens respectueux. Heureusement qu'ils sont là! Je ne peux pas être jalouse de tout le monde. Si c'était le cas, je n'aurais plus qu'à me suicider. Il a tourné un peu avec Jean-Pierre Mocky. Si, un jour, il fait réellement du cinéma, là, je me méfierai. Car j'ai entendu pas mal de comédiens affirmer que fiction et réalité pouvaient se mélanger. S'il joue une scéne torride (rires), peut-être que...


Il vous appelle sa fée et affirme qu'il ne peut pas se passer de vous. Vous le protégez?


 J'essaie. Mon rôle n'est pas d'être exposée. J'aime être derriére à le servir. Je suis née pour lui.


 Vraiment?


 Oui, je confirme : je suis née pour le servir. Peut-être ceci hérissera-t-il certaines femmes. Tant pis. Le jour oú il mourra, je mourrai aussi. Mais s'il devait aimer une autre femme, je serais toujours là pour lui.


Ce serait une sorte de continuité, à l'instar de celle qui existe avec Mouche?


  Oui, mais que les choses soient claires : il ne s'agit pas de ménage à trois. Chacun a sa vie, on ne se mélange qu'au niveau de l'amitié. Dick est un homme exceptionnel, merveilleux. évidemment, il lui arrive d'être chiant, comme tout le monde, mais on peut compter sur lui. Il a aidé de nombreuses personnes qui étaient terriblement malades. Il s'est battu pour elles, sans la présence de caméras. On le prend parfois pour un emmerdeur parce qu'il a tendance à en rajouter un peu. Mais ce défaut a un côté positif : quand il veut quelque chose, il l'obtient. Il est humain. Ce n'est pas une star, mais un artiste. Il ne se la joue pas, il est authentique.


Dick s'avoue trés possessif. Vous vous en accommodez?


 Complétement. Mais je ne suis pas de bois : je pousse une gueulante quand il le faut. Moi aussi, j'ai mon caractére. Mon pére est Taureau, comme Dick. J'ai été habituée toute petite à comprendre les gens de ce signe. Ils sont délicieux, mais épuisants. Ils ne sont jamais satisfaits et veulent toujours plus.


 Il semble tout à fait épanoui dans sa profession. C'est le reflet de la réalité?


  Oh oui! Il aime ça. Bosser, c'est sa vie. Quand il ne travaille pas, c'est l'horreur, il s'ennuie.


 Que représente pour lui le fait d'avoir été occasionnellement acteur?


  Il adore ça! Il lui est arrivé aussi de tourner des clips et des pubs. Les réalisateurs l'apprécient beaucoup. Il ne se prend pas la tête et fait rigoler tout le monde. Il est toujours en train de plaisanter. Il a un humour hallucinant.


 Il s'apprête à jouer " Les paravents ", de Jean Genet, au théâtre. Il aime les défis?


 énormément, mais là, il a l'angoisse... De toute façon, dés lors qu'on fait appel à lui, il ne refuse rien... à part peut-être un film porno! (Rires.)


Il y a deux ans, il déclarait avoir envie de mettre en route un enfant avec vous...


 On en a eu envie à une époque, mais la nature en a décidé autrement. J'ai des petits-enfants qui sont là, Joseph, notamment, dont je m'occupe.


 Un rocker, cela peut être tendre?


 Infiniment, mais Dick n'est pas du genre à me couvrir de cadeaux, car il sait que je déteste ça. J'ai une carte de crédit, et il me dit : " Tu t'achétes ce que tu veux. " En réalité, je n'ai besoin que de lui. Nous trouver tous les deux dans notre ranch de Toulouse, c'est le seul cadeau qu'il puisse me faire. Le reste, je m'en fous.

 

Retour

 

RamDam.com, votre guide de la musique sur InternetAnnuaire et Référencement gratuit avec Referencement-Team !

La derniére mise à jour de ce site date du 18/07/11