DICK RIVERS

 Agrandir  les images en cliquant dessus et les faire revenir à leur position intiale en recliquant .

        
 
  
 
 
 

Dick Rivers, converti au rock, en concert à la Traverse de Cléon

Interview. Celui que l’on a vu il y a quelques mois tourner un clip avec Julien Doré à Pacy-sur-Eure sur «Africa» de Rose Laurens est reparti en tournée. Dick Rivers revient sur son parcours à l’occasion d’un concert à la Traverse de Cléon.

Il n’a jamais quitté la scène, tout de noir vêtu, santiags obligatoires, coiffure à la Elvis. Dick Rivers, 73 ans, de son vrai nom Hervé Forneri (son pseudo est le nom d’un personnage joué dans un film par Elvis) est reparti en tournée et passe à la Traverse de Cléon avec « des musiciens extraordinaires. On fait mes incontournables et puis aussi des classiques du rock que j’ai peu joué. » Retour sur le parcours de l’ancien leader des Chats Sauvages qui n’a jamais ronronné !

Le jour où vous avez découvert le rock’n roll ?

« J’avais 13 ans, j’étais à Nice. On mettait des jetons dans l’ancêtre du juke-box et on écoutait Gilbert Bécaud ou des Italiens, et puis est arrivé un nouvel artiste américain, Elvis Presley, avec Heartbreak Hotel, et ma vie en a été bouleversé. Une chanson qui est plutôt un blues d’ailleurs, je le raconte sur scène. À partir de là, je suis rentré dans les ordres, la vocation m’a pris comme pour un curé ou une bonne sœur. Ado je connaissais déjà Les Platters ou Bill Haley, mais eux c’était les apôtres et lui c’était Jésus. »

Et vous l’avez rencontré, comment cela s’est-il passé ?

« Il était au top il était beau c’était la fin des années 60. Je ne sais même pas s’il savait que j’étais chanteur, on s’est dit des banalités comme avec un fan. Mais c’était magique car le soir même j’ai vu ses deux shows il faisait deux concerts, à 19 h et 22 h il préférait d’ailleurs le deuxième plus fait pour les connaisseurs. C’est lui qui a tout fait démarrer pour notre génération. »

C’est pourtant à Johnny Cash qu’on vous compare souvent ?

« Mais je ne lui ressemble pas du tout et je n’étais pas très fan au départ. Avec ma femme, on a compris que c’était surtout une question de look. La voix de baryton, on n’est pas les seuls à l’avoir. Aujourd’hui j’apprécie beaucoup plus ses enregistrements que je trouve plus sensibles. »

Vous en avez croisé du beau monde en plus de 50 ans de carrière...

« On retient plus Elvis, les Beatles, mais j’adorais aussi Piaf ou Brassens, c’était tout autant mes idoles. Je ne suis pas du tout un nostalgique mais on a quand même vécu une époque magique en musique, cinéma, littérature des années 50 aux années 70. »

Et maintenant vous travaillez avec Julien Doré, vous avez fait ce clip à Pacy-sur-Eure !

« C’est une histoire qu’il a mené de A à Z. On s’était vu à Taratata et comme il m’aime bien, il a monté ce projet. Travailler avec des jeunes, je l’ai fait depuis longtemps : avec Gérard Manset avant qu’il ne soit branché et puis il y a eu d’autres rencontres avec M, Patrick Coutin, Benjamin Biolay. C’est bien, c’est du sang neuf. Je ne suis qu’un vulgaire interprète donc sous réserve que je les aime je suis très attaché à ce que les gens m’apportent. »

Et Bashung ?

« Bashung c’est autre chose, il me suivait et il m’a écrit une chanson qui m’a servi à remettre le pied à l’étrier du rock dans les années 70, Marilou. »

Votre concert se décline comment ?

« C’est un mélange des incontournables succès et de classiques du rock que j’ai peu ou pas joué. Mon public est aussi très mélangé de 7 à 77 ans, et il y a ceux qui m’ont découvert avec Julien Doré ! »

Après avoir longtemps hésité, vous avez intégré la tournée Age tendre, et pourquoi pas les Vieilles Canailles ?

« Mais les Vieilles Canailles ce sont trois copains du Golf Drouot qui se sont retrouvés et je n’en faisais pas partie. Pour Âge Tendre, c’est Dechavanne qui est un vieux copain qui après avoir repris la production m’a convaincu et je suis content d’avoir retrouvé Isabelle Aubret ou Nicoletta, on a bien rigolé même si le passage sur scène est trop court. »

Dick Rivers

A la Traverse à Cléon le vendredi 16 novembre à 20 h 30. Tarifs 16/19 €. Tel 02 35 81 25 25.

                                                                                                                       

Exalead