DICK RIVERS

 Agrandir  les images en cliquant dessus et les faire revenir à leur position intiale en recliquant .

 

 

               
 
 
 
 
Dick Rivers est du casting de la nouvelle édition de la tournée des idoles Age tendre. Avec notamment Dave, Sheila, Nicoletta, Patrick Juvet, Isabelle Aubret, etc.

La tournée Âge tendre est de retour à Clermont, au Zénith ce samedi. Un concept, deux possibilités : la première à 15 heures, la seconde à 20 heures. Où l'occasion de voir et d'entendre « Spacer », « Vanina », « Mamy Blue », « Emmène-moi danser ce soir », « l'Aventura », « Où sont les femmes », « Twist à St Tropez », « Deux enfants au soleil », « Lady Lay » ou « J'ai encore rêvé d'elle »… Souvenirs.

« Tubes et vedettes »

Des tubes d'hier, interprétés par les idoles d'une, voire plusieurs générations, que sont Dave, Sheila, Nicoletta, Patrick Juvet, Isabelle Aubret, Stone, Pierre Groscolas, Richard Dewitte (du groupe Il était une fois) ou encore Dick Rivers. Dick Rivers, le premier chanteur des Chats Sauvages, pionnier du rock'n'roll en France. Un pan de l'histoire qui a rejoint la tournée cette saison et nous explique pourquoi et comment.

Vous avez accepté pour la première fois de participer. Ce qui veut dire que vous avez refusé pendant des années ? « Absolument. On me l'a proposé pendant des années mais comme je ne suis pas du tout versé dans la nostalgie ou grand-messe du passé, je n'avais pas très envie. Puis, au gré de rencontres et discussions, je me souviens notamment d'avoir échangé avec mon vieil ami Michel Delpech, malheureusement disparu, j'ai changé d'avis. »

Pour quelle raison… ? « J'ai écouté ce que l'on me disait de ce show : « Tu verras, c'est très bien ». Au final, c'est Christophe Dechavanne – producteur depuis l'édition passée – , autre ami, que j'aime beaucoup, que je respecte beaucoup, qui m'a définitivement convaincu. Et j'ai bien fait d'accepter, c'est super bien. »

Vous ouvrez le show, c'est cela ? Avec quels morceaux ? « Oui, j'ai demandé qu'il en soit ainsi. Je commence avec un medley de mes débuts de carrière, ensuite je fais les deux-trois incontournables et je termine par un rock, mais voilà je ne vais tout vous dire non plus. Les gens ont ainsi un résumé de ma courte carrière (rire) ! »

C'est vrai, 55 ans c'est assez bref ! « Oui… ! D'autant que si l'on rajoute les 16 mois avec les Chats Sauvages, ça fait encore un peu plus ! Mais bon, je n'ai que 71 ans ! »

OK, mais dites-moi, votre côté rockeur, il devient quoi dans ce contexte ? « Justement ! C'est bien pour cette raison que je commence le spectacle. Moi, ensuite, je vais reprendre ma tournée. Là, il s'agit d'une parenthèse très agréable. Tous les jours nous jouons devant des milliers et des milliers de spectateurs. Peu de gens ont cette chance aujourd'hui.

… Et puis je suis content de venir à Clermont ! Au total, nous faisons trente-deux villes. Tout est super-organisé. Je suis très copain notamment avec Nicoletta, Dave, mais toute l'équipe est vraiment sympa. Tout le monde prend beaucoup de plaisir à jouer tous les soirs. »

Un mot sur Johnny avec qui vous avez démarré. « Il a même démarré avant moi. Mon premier disque est sorti le 24 avril 1961, jour de mon quinzième anniversaire. Lui, il avait déjà fait Laisse les filles je crois, au moins deux 45 tours. À l'été 1960, j'allais faire la claque avec des copains au Vieux Colombiers à Juan-les-Pins, car je suis niçois, et on aimait le principe du rock, on était de la même mouvance. On était copains, mais nous n'étions pas intimes comme il l'était pour Eddy Mitchell, c'était un frère pour lui. »

Plus. Ce samedi, à 15 heures et 20 heures au Zénith. De 39 à 59 euros. Réseaux habituels.

Julien Dodon

 

 
 

                                                                                                                       

Exalead

TOUTE LA MUSIQUE SUR RAMDAM.COM