Retour

Vue sur canadian press

Dick Rivers revient au Québec pour faire connaître son côté contemporain

 

MONTREAL — Souvent associé aux succès des années 1960, le chanteur Dick Rivers revient au Québec pour une série de spectacles en ce début de printemps et souhaite que les gens s'intéressent davantage à sa musique "actuelle".

De passage à Montréal, le chanteur français à la voix rauque, qui a enfilé des dizaines de tubes à partir de chansons américaines traduites en français, traîne encore cette réputation de chanteur des "sixties" alors qu'il n'a jamais cessé de produire du matériel original.

"J'ai la chance de faire partie d'une génération un peu légendaire de par le personnage. Mais la radio nous a enfermés dans des cases et on est catalogué", a-t-il déploré, en entrevue à La Presse Canadienne.

"J'ai été marqué par ces chansons des années 60. Mon problème en est plus un d'époque que de musique. Je me suis remis en question et j'ai toujours su évoluer. Je me sens comme un éternel débutant et je n'hésite pas à faire des tournées", a affirmé Rivers, qui ne regrette toutefois pas ce passé qui lui a apporté la gloire, où il frayait au Québec avec Tony Roman ou les Baronets, René Angélil en tête.

Physiquement, l'homme au début de la soixantaine a peu changé, avec la même chevelure noire, mais sur le plan musical, son registre a quand même beaucoup évolué.

Son dernier album, "L'homme sans âge", a été très bien accueilli, autant en France qu'au Québec. Les 12 chansons explorent des avenues pas toujours roses, en parlant de mort, de solitude ou des échecs en amour.

Pour pondre cet album intemporel, il a été épaulé par un jeune auteur et compositeur, Joseph d'Anvers, qu'il avait rencontré aux Francofolies La Rochelle. Rivers insiste d'ailleurs beaucoup sur ce dernier album.

"Joseph, qui a aussi écrit sur le dernier album d'Alain Bashung, a habillé les chansons d'une façon extraordinaire. On dirait que c'est moi qui ai écrit une partie de ma vie ou ce que j'ai ressenti. C'est pour le moins magique, il n'est pas tombé dans les clichés que je traîne depuis près de trois générations", dit le chanteur, visiblement heureux du résultat.

Au cours de son spectacle en terre québécoise, il offrira à ses fans des chansons de cet album très contemporain.

Mais il fera aussi des chansons moins connues ici, des chansons à saveur country, tirées d'un album sorti également au Québec et des incontournables, "revues et corrigées, parfois en medley".

Bref, un spectacle pas seulement pour les nostalgiques, qui devrait plaire à un large public.

Les gens pourront aussi voir un artiste toujours très alerte sur scène, comme il l'a prouvé ces deux dernières années lors de prestations au Théâtre Olympia et au Casino de Montréal.

Hervé Forneri, son vrai nom, n'hésite pas à faire des ballades ou du rock au goût du jour. Mais il se fait plutôt philosophe quand il voit l'évolution de la musique et des supports techniques.

"Je n'aimerais pas commencer une carrière aujourd'hui car ce n'est pas facile. Les albums se vendent beaucoup moins, la piraterie sur Internet fait mal. Mais il y a aussi du positif. Internet est bon pour l'éducation musicale de la nouvelle génération et il fait connaître la musique", a souligné celui qui vient tout juste de perdre un frère sur le plan musical, en la personne d'Alain Bashung.

Impossible d'éviter de parler de ce pionnier de la musique française dont les funérailles étaient célébrées vendredi dernier à Paris.

"Alain était un gentleman, un gars très réservé. J'avais déjà fait un disque avec lui au début des années 70. On avait changé nos voix pour chanter du rock en anglais. On a été payé 'cash', sans droits d'auteur. Nous n'avions pas d'argent. Et c'est devenu un disque pirate", a confié Rivers au cours de l'entrevue.

"Les médias, parlant du début de sa carrière, ont dit que j'avais aidé Alain à mettre le pied dans l'étrier. On l'a plutôt fait ensemble. Mais Bashung s'est surtout fait connaître au début des années 80 avec la nouvelle chanson française. Toutefois, ses racines étaient les mêmes que moi, avec Elvis et Buddy Holly notamment. Son départ est un malheur pour la musique", s'est-il attristé.

Dick Rivers aime beaucoup le Québec, qu'il considère comme sa deuxième patrie. Il a hâte de retourner sur scène.

Sa nouvelle tournée débutera le 25 mars à Québec, avec une prestation à la Salle Albert-Rousseau.

Puis, des spectacles suivront à Saguenay (La Baie), Victoriaville, Laval et Brossard, d'ici au 2 avril, et la tournée se poursuivra à l'automne.

 

La derniére mise à jour de ce site date du 18/07/11

Annuaire et Référencement gratuit avec Referencement-Team !