Doubs : son copain Dick Rivers

Ils se sont croisés sur la plage de Juan-les-Pins en 1962. L’un était manager des Vipers. C’est l’Audincourtois Daniel Comte. L’autre leader des Chats sauvages. C’est Dick Rivers. Deux rockers en puissance, potes depuis 50 ans. Confidences.

 
 
Dick et Daniel après un concert en 1994 à Paris DR

Dick et Daniel après un concert en 1994 à Paris DR

 
 
À défaut d’être une romance, sa vie à un petit quelque chose de partition musicale. Il habite rue Charles-Trenet à Audincourt. Juste à l’angle de la rue Claude-Nougaro. Ça ne s’invente pas ! L’allée qui conduit à son pavillon donne illico le tempo : chemin Dick Rivers. Bienvenue chez Daniel Comte.

Il y a ses fans et il y a ce qu’il appelle la connexion ou la famille

En déboulant à pas feutrés dans l’intimité d’un fan de Dick Rivers, on s’attend à trouver des photos, des affiches, des babioles à l’effigie du rocker aux cheveux gominés noir corbeau dans le salon ! Raté. « Je ne suis pas un fan tatoué qui court aux États-Unis ou au Japon pour dénicher des disques rares, confie Daniel Comte. J’adore sa musique mais je ne fais pas d’idolâtrie. Dick a ses fans, bien sûr, et ses amis qu’il appelle la connexion ou la famille. Je fais partie de la famille ». Et ça fait 50 piges que ça dure. Un demi-siècle d’amitié entre le Niçois, Hervé Forneri sur sa fiche de naissance « mais tout le monde l’appelle Dick » et l’Audincourtois, prof au Cipès à la retraite, président du conseil presbytéral, organisateur d’un salon de la peinture. Daniel Comte vient tout juste d’accompagner Dick Rivers pendant dix jours de tournée dans l’Est de la France et en Suisse. « On se voit très souvent et je peux vous assurer que pour cette tournée qui marque ses 50 ans de carrière et la sortie d’un nouveau CD, Dick est en très grande forme ». La tournée de Dick Rivers passe le dimanche 11 novembre par Audincourt. En tête d’affiche du fameux Festigospel. Daniel Comte n’est pas étranger à la venue en terre comtoise de son pote, « fidèle au rock et à ses choix musicaux sans concession » : « Audincourt, il connaît, pour avoir chanté au Neptune, un dancing, en 1962, puis en 1964, 68 et à Voujeaucourt en 1974. Je l’avais fait venir à la foire de Valentigney, un gros coup à cette époque ».

La rencontre des deux hommes remonte à l’été 62. Sur un bout de sable blond à Juan-les-Pins. Daniel Comte à 16 ans. Il manage les Vipers, « des rockers qui portent le blouson noir ». Dick Rivers, 17 ans (qui a pris le nom d’un personnage joué par Elvis Presley, son idole, dans le film « Loving you ») est le leader des « Chats sauvages ». Les deux ados partagent les mêmes rêves. Portent les mêmes cheveux gominés « avec une mèche qui tombe sur le devant façon banane ». L’année suivante, les Vipers partent en tournée avec Dick Rivers.

50 ans plus tard, Daniel Comte est toujours aux côtés de ce chanteur un peu hors normes, Poulidor du rock français avec cette image du « troisième », après Johnny et Eddy qui lui a collé aux santiags pendant toute sa carrière. Boudé par les télés, il se plaît à dire « je me suis fait seul. C’est terrible de dire ça, prétentieux et mégalo mais c’est la vérité. Le show-biz m’a abandonné ». En même temps, le show-biz n’a jamais été sa tasse de thé préférée. Dans l’intimité, comment est-il Dick ? « Droit dans ses bottes, authentique, simple, grand amateur de bon vin comme le Brouilly. Quand il offre son amitié, c’est pour la vie », confie Daniel Comte. Cette amitié de 50 ans lui a permis de côtoyer les amis de Dick, comme Cabrel, Coluche et Bashung, de rencontrer en loges Hallyday ou le grand Eddy, les Stones et tant d’autres. Daniel Comte se souvient d’une fête mémorable à Paris chez Dick avec Leny Escudero et Nicoletta. Depuis, Nicoletta le surnomme « mon copain de bringue… »

Françoise Jeanparis

Ça va twister

Dick Rivers se produit le dimanche 11 novembre, 17 h, à la Filature d’Audincourt (tarif 26 €). Il n’est pas exclu que le concert se termine par un bœuf avec The glorious gospel singers. Séance de dédicaces ensuite.

À l’issue du concert, le maire d’Audincourt Martial Bourquin remettra la médaille de la ville au rocker désormais sans santiags.

C’est la chanteuse Beverley Trotman qui donne le coup d’envoi des automnale du gospel (Festigospel de son nom) le samedi 10 novembre, 20 h 30 à la Filature (tarif 22 €).

Il est vivement conseillé de réserver ses places. Dans le réseau habituel ou au 06.07.97.31.15.

 

 

 

La dernière mise à jour de cette page date du 11/02/14

Dick Rivers