Musique. En 2016, Léo Ferré aurait eu 100 ans. Pour lui rendre hommage, un album tiré de ses œuvres et chanté par dix artistes sort en début d’année. L’ex-crooner des Chats Sauvages fait partie de cette aventure.

Il était hier au Havre pour le tournage du clip de la chanson qu’il va interpréter.

Dick Rivers de passage au Havre pour le tournage d’un clip

Entre deux prises de vues, Dicks Rivers a fait une halte au Casino du Havre (photo Stéphane Gouël)

1/1

«C’est extra. Un moody blues... » Même 47 années après la sortie de ce titre de Léo Ferré, paroles et musique résonnent encore dans toutes les têtes, comme une empreinte indélébile. Mais « C’est extra » c’est aussi cette chanson du « lion à la crinière blanche » qu’a choisi de reprendre, à l’aube de 70 ans, Dicks Rivers, l’ex-crooner des Chats Sauvages pour un prochain album, Éternel, à sortir dans les bacs fin janvier 2016.

En effet, l’an prochain marque le centenaire de la naissance de Léo Ferré, un certain 24 août 1916 dans la Principauté de Monaco. Quoi de plus naturel alors, pour la maison de production rouennaise Cybersound, de sortir un album « tribute » avec la complicité de dix artistes français. Car c’est aussi ça la magie de la musique, réunir des chanteurs aux univers musicaux aussi éloignés tels que Dick Rivers, Axel Bauer, Rachid Taha et Bruno Putzulu qui font partie, entre autres, de cette belle aventure.

Dick Rivers était donc de passage au Havre, jeudi, pour le tournage du clip du morceau « C’est extra » qu’il va interpréter dans l’album. Une évidence pour l’artiste ? « Ça fait partie pour moi des chansons phares de Léo, évoque Dick Rivers. Et, indirectement, j’ai été complice de la séance d’enregistrement le jour où il l’a faite avec un ami à moi, Philippe Rault, qui travaillait à l’époque chez Barclay. C’est un beau clin d’œil ». Un texte sensuel, un brin érotique, qui parle d’une fille, d’un port.

De Caudebec-en-Caux jusqu’au Havre

Tourner ce clip, ici, dans une ville ayant son horizon tourné vers la mer pouvait s’imposer comme une évidence. Mais pas seulement. Car il y a aussi ces petites histoires intimes que Léo Ferré a su nouer au fil des années avec la ville portuaire du Havre. Comme le résume Élian Levavasseur, le producteur du disque : « Tout d’abord, il y a cette chanson que Léo Ferré a composée en 1952 Les amoureux du Havre. Et puis, quelques années plus tard, en 1967, lorsqu’il offre un voyage transatlantique pour les vingt ans de celle qui deviendra plus tard sa femme, Marie-Christine Diaz. Une croisière à bord du France, au départ du Havre et à destination de New York. Il y avait beaucoup de choses qui gravitaient autour de cette ville maritime ». Le scénario du clip réalisé par le réalisateur havrais, Mehdi Boukacem, va donc raconter une quête onirique pour justifier le voyage. Un parcours au fil de la Seine, de Caudebec-en-Caux en passant par le parc de Rouelles, les hauteurs de Sainte-Adresse pour arriver jusqu’au Havre et sa porte tournée vers les États-Unis. Des images associées à la musicalité anglo-saxonne propre à Dick Rivers. Ce que le chanteur retiendra de son court passage au Havre : « La gentillesse des gens que j’ai rencontrés. Mon parcours sur la plage qui m’a rappelé la promenade des Anglais », en référence à sa ville natale, Nice.

Ce clip « C’est extra » interprété par Dick Rivers devrait commencer à être diffusé dans les deux mois à venir, en même temps que la sortie de l’album Éternel prévue soit le 22 ou le 29 janvier 2016.

Stéphane Gouël

 



La dernière mise à jour de cette page date du 01/12/15