Retour

http://www.laliberte.ch/sortir/un-pont-entre-les-generations

 

 

  Un pont entre les générations

 

Figure légendaire de la scène française ayant traversé l’histoire du rock depuis les années 1960 jusqu’à aujourd’hui, Dick Rivers sera l’invité de la Jazz Parade.

Il est l’éternel troisième homme du rock français, tapi depuis toujours dans l’ombre de Johnny Hallyday et Eddy Mitchell. Souvent boudé par les feux de la rampe, moqué par les plus jeunes qui voient en lui l’incarnation de la ringardise, le Niçois Hervé Forneri, devenu Dick Rivers dès l’âge de 15 ans, a pourtant bien plus à offrir, à commencer par une voix exceptionnelle. La preuve avec «Mister D», un album sorti l’an dernier pour fêter rien de moins qu’un demi-siècle de carrière.

Mélange de rhythm’n’blues («Automatic», «Bloody Movie»), de blues originel («Johnny») et de variété («Reverse»), ce disque fait appel, comme les précédents opus délivrés à l’aube du troisième millénaire, à la fraîcheur de jeunes talents. Miro, Mathieu Chedid, Mickaël Furnon, Benjamin Biolay ou encore Mathieu Boogaerts (excusez du peu!) avaient ainsi, en 2006, posé leur patte sur «Le mauvais joueur». Cette fois, c’est Joseph d’Anvers, valeur montante de la scène hexagonale, qui tient le stylo sur quelques titres, comme pour «L’homme sans âge» en 2008. Une jeunesse qui fait souffler pour Dick Rivers un véritable vent de renouveau. Aujourd’hui âgé de 66 ans, celui qui a commencé sa carrière en pleines années yéyé au micro des Chats sauvages, avec des tubes générationnels comme «Twist à Saint Tropez», sera samedi soir sur la place Georges-Python pour clôturer dix jours de Jazz Parade.

Votre horoscope du jour dit que vous êtes «en plein essor». C’est toujours vrai, après cinquante ans de carrière?

Dick Rivers: Bien sûr! Je suis un éternel débutant et je ne regarde jamais en arrière. En fait, on peut dire que je suis en essor permanent.

L’astrologie, vous y croyez?

Oui, je crois aux fondamentaux des signes. Par exemple, moi qui suis taureau, j’ai un caractère qui correspond aux taureaux. Et j’ai toujours été entouré de béliers. Mon père en était un, ma fille adoptive aussi. Quand je rencontre une personne, je peux tout de suite vous dire si elle est bélier.

Est-ce que vous vous verriez un jour prendre votre retraite, vous retirer, arrêter de chanter?

Jamais! Dans ma famille, les gens ne se sont jamais arrêtés de travailler. Comme mon père, qui était boucher. Il a fait ça toute sa vie. Et puis, ce n’est pas avec l’argent que je touche que je vais pouvoir vivre de mes rentes. Vous savez, j’ai commencé ma carrière dans les années 1960. A l’époque, c’était rock’n’roll, il n’y avait pas d’assurances sociales, pas de cotisations, pas de caisse de pension.

Et sur scène, le déhanché est-il toujours aussi dynamique? Parce que moi-même, à 27 ans, je n’ai pas pareille souplesse...

Le dynamisme vient surtout de l’attitude. J’ai ma propre façon de bouger, bien à moi. Mais je ne fais pas de déhanchés.

Quand même, à l’époque des Chats sauvages vous bougiez plutôt bien…

Oui, mais j’avais quinze ans!

Enfant, vous avez découvert la culture US grâce aux militaires américains qui étaient stationnés près de chez vous, à Nice…

Oui, entre autres. Tout comme d’ailleurs Alain Bashung, qui vivait vers Strasbourg. J’ai avant tout découvert le rock’n’roll avec mes amis. Mais, à Nice, les Américains avaient leur propre cinéma, leurs bars. Et on pouvait s’y procurer du pop-corn ou des hot dogs. Il y avait aussi des concerts de groupes américains en ville.

Les Etats-Unis d’aujourd’hui, post 11 septembre, vous séduisent-ils toujours?

Non. Mais c’était déjà le cas avant le 11 septembre 2001. Le rêve américain n’existait déjà plus. Aujourd’hui, tout est mondialisé, on trouve les mêmes produits partout. Dans chaque ville de France vous trouverez un McDonald’s. Moi j’aime quand chaque pays a ses particularités. Ainsi, quand je viens en Suisse, j’achète toujours des Sugus. Aujourd’hui, l’Europe s’est américanisée. Le mythe américain n’existe plus. Les deux seuls éléments qui me rappellent encore cette époque-là, c’est ma Cadillac et les cigarettes que j’importe directement depuis les Etats-Unis.

Un adage célèbre dit «Si vous vous souvenez des années 1960, c’est que vous n’y étiez pas». Or, dans cet album, vous évoquez beaucoup vos souvenirs de cette époque, notamment dans la chanson «Reverse»…

Jean Fauque, qui a écrit les paroles de cette chanson, parle du fait que j’ai vécu à cette époque-là et que je suis toujours là. Du fait que mon travail touche plusieurs générations. C’est ça que la chanson veut dire.

Vous avez même connu Janis Joplin, John Lennon ou encore Brian Jones…

A l’époque, il était normal de les connaître quand on évoluait dans ce milieu. De la même manière que j’ai connu Edith Piaf ou encore Georges Brassens. Aujourd’hui, ça a quelque chose de mythique car je m’adresse à des générations qui ne connaissent ces gens qu’à travers leur musique.

Ces dernières années, beaucoup d’artistes célèbres dans les années 1960 et 1970 sont revenus sur le devant de la scène en s’associant à des collègues de la jeune génération: Wanda Jackson avec Jack White, Dr. John avec Dan Auerbach, des Black Keys. En travaillant avec Joseph d’Anvers, valeur montante en France, aviez-vous pour but de séduire aussi un public plus jeune?

Tout au long de ma carrière, je me suis toujours entouré de sang neuf. Je n’aime pas les vieux (rires). Je suis un interprète, j’ai donc la chance de pouvoir utiliser le talent des autres. Et ensuite de poser ma patte sur les chansons.

Lors des concerts que vous donnez aujourd’hui, quel âge a votre public?

Plusieurs générations sont réunies. Il y a ceux qui me suivent depuis mes débuts, qui sont très nostalgiques. Et les jeunes générations, qui réagissent mieux à la musique que je fais aujourd’hui. Je n’ai jamais suivi les modes, j’ai toujours fait ce que j’avais envie de faire. Je pense que c’est ça qui plaît. I

> Samedi 14 Juillet -  23h Fribourg, Place Georges-Python.

 

La derniére mise à jour de ce site date du 15/07/12

Annuaire et Référencement gratuit avec Referencement-Team !