Retour

Vue sur lemague.net

Dick Rivers le triomphe de l’homme sans âge

par Frédéric Vignale

Peu de gens savent qui est Hervé Forneri, mais son double artistique Dick Rivers est l’un des artistes français les plus connu et apprécié du public hexagonal, et ce depuis plus de quarante ans. Une longévité exceptionnelle, une grande notoriété et le respect musical des plus grands. Grâce, entre autres, à Didier l’Embrouille l’un des personnages fétiches aux grands heures de Canal + (Nulle part ailleurs) qui était un fan absolu de Dick, Antoine Decaunes avait remis d’actualité cette sympathie immédiate qu’on peut avoir pour ce personnage atypique et attachant. Oui, mais voilà, si tout le monde aime Dick, trop peu de gens connaissent réellement son répertoire et encore moins ces derniers disques. Il manquait sans doute un album différent dans sa discographie, une oeuvre plus ouverte, plus apte à réunir toutes les générations, mais qui ne fera aucun compromis. Cette perle rare est arrivée avec "L’homme sans âge", un album exceptionnelle concocté aux petits oignons par un Joseph d’Anvers qui rend Dick Rivers furieusement incontournable en ce mois de juin 2008.

Dick Rivers est un grand, très grand interprète qui vit son travail musical comme une performance d’acteur. Il travaille beaucoup pour essayer d’être le plus disponible sur le texte, le plus en phase avec la musique. La rencontre avec Joseph d’Anvers fera date dans sa carrière car leur production commune ravira les adorateurs d’un Dick mythique comme les nouvelles générations qui n’avaient pas du tout ou peu écouté l’ex chanteur culte des Chats sauvages.

Cet album au magnifique titre éponyme "L’homme sans âge" qui débute le disque s’écoute en boucle. Chaque chanson, entre autobiographie, auto-fiction, champs référentiels américains ou balades sensuelles porte au nue tout l’univers fantasmatique de Dick Rivers sans le caricaturer.

Joseph d’Anvers qui n’est ni un fan ni un ami du chanteur a réussi a poser le plus beau regard artistique qui soit sur l’artiste sans le dénaturer et en apportant des mélodies et des textes qui feront date et qui forment un album riche, classieux, inventif qui procure une vraie jubilation à l’écoute multiple.

Je supplie les curieux et les plus esthètes d’entre vous d’écouter véritablement cet album du début à la fin, c’est une réussite artistique totale qui me rappelle "L’imprudence" d’Alain Bashung, un de ces albums qui avait remis ce dernier dans sa légende. Il y a fort à parier que "L’homme sans âge" va produire le même effet sur les critiques et le public.

Le couple Dick Rivers/ Joseph D’Anvers nous entraine dans un grand film musical qui ravira les amateurs de sons et les cinéphiles. "L’homme sans âge" est empli de plans séquences, de plans américains et italiens, de flash back, de fantasmes, de désirs, de beauté et d’absolu.

Avec plus de 47 ans de métier Dick Rivers place sa voix au millimètre dans chaque titre, chaque mot jeté, chaque respiration est un travail d’orfèvre, on est dans le plaisir infini de la justesse, de l’émotion magnifiquement contrôlée. Ce disque est complet, c’est un savant mélange entre du sentiment brut et une belle pertinence du regard posé. Les mélodies et les musiciens sont d’un très haut niveau.

"L’homme sans âge" a l’exigence des grands albums anciens avec la fraîcheur et l’intelligence du moment, parfaitement en phase avec l’actualité ("Par-delà les plaines" qui évoque l’immigration) ou les sentiments éternels, il a tout pour être déjà une référence.

Un album VERY DICK, une rencontre prolixe et pleine de sens entre deux grands de la musique, un disque qu’il vous faut posséder et chérir comme un objet rare et précieux qui a du respect pour celui qui l’écoute.

 

 

 

La derniére mise à jour de ce site date du 18/07/11

Annuaire et Référencement gratuit avec Referencement-Team !