Retour

Differents articles à  propos de la sortie de l'homme sans âge

 

 

Purepeople.com           AFP.google.com

 

 

 

Dick Rivers : 'Je ne suis pas ...............

News publiée le vendredi 13 juin à 19h30

 

Le nouvel album de Dick Rivers, L'homme sans âge, qui vient de sortir, est marqué par la solitude et la gravité.

Celui qui est lassé de son image kitsch et rigolote revient avec un album sombre écrit par le jeune Joseph d'Anvers. Avec pour but de faire un peu oublier le personnage au profit de l'interpréte. L'éternel rockeur aux santiags et à la banane noir corbeau veut être reconnu pour sa musique avec laquelle il vit depuis 47 ans, et non pour son image décalée.

Il ne veut plus être cantonné à un personnage presque digne d'un 'cartoon', l'éternel rocker aux santiags et à la banane noir corbeau, rapporte l'AFP.

Grâce à Joseph d'Anvers, qui signe les douze chansons de L'homme sans âge, Dick Rivers affirme son côté crooner crépusculaire. Un talent brut trop souvent discrédité par le look qui l'habille.
 

Dick Rivers sera en tournée cet automne dans des salles de moyenne capacité, en formation réduite et acoustique.

 

 

 

 

 

AFP.GOOGLE.COM

 

Dick Rivers sortr un nouvel album et ne veut plus être réduit à sa banane et ses santiags

PARIS (AFP) — Dick Rivers est fatigué de l'image kitsch et rigolote de rocker à la française qui lui colle aux santiags: entiérement écrit par le jeune Joseph d'Anvers, son nouvel album est marqué par une gravité inhabituelle et hanté par les thémes de la solitude et de la vieillesse.

'Je suis trés fier de cet album et j'espére qu'il fera un peu oublier le personnage au profit de l'interpréte', explique-t-il à l'AFP avant la sortie, lundi, de ce disque intitulé 'L'homme sans âge' (EMI).

Dans l'esprit du plus grand nombre, Dick Rivers, avant même d'être un chanteur, est d'abord un personnage presque digne d'un 'cartoon', l'éternel rocker aux santiags et à la banane noir corbeau.

Une image envahissante vis-à-vis de laquelle il confesse un certain ras-le-bol... même si son look est immuable.

'Je pense que je vaux mieux que ça, estime-t-il. Quand on a un personnage aussi fort que moi, c'est trés difficile d'essayer de ramener les choses à l'essentiel, à ce qui fait que j'existe depuis 47 ans: la musique'.

'Mais il est bien évident que je me suis toujours servi de ce que je suis, parce que j'aime bien m'utiliser, reconnaút-il. Je n'ai jamais été aidé par les médias, je suis trés fier de m'être fait tout seul, par ma personnalité et par ma voix, donc je ne cracherai jamais là-dessus'.

A priori, l'univers de Joseph d'Anvers, le trentenaire qui signe les douze chansons de 'L'homme sans âge', est trés éloigné du sien.

Son premier album, 'Les choses en face', paru en 2006, avait été encensé par la critique branchée et le deuxiéme, 'Les jours sauvages', qui sortira le 23 juin, devrait connaútre le même sort. Entre-temps, Joseph d'Anvers a signé un texte sur le dernier album d'Alain Bashung (qui, par le passé a lui-même écrit pour l'ex-Chat Sauvage).

Joseph d'Anvers et Rivers se sont rencontrés en juillet 2006 aux Francofolies de la Rochelle, oú ils avaient repris ensemble 'Walk the line' de la légende country américaine Johnny Cash. De fil en aiguille naút l'idée d'un album écrit par le jeune homme pour son aúné.

'Comme dit Bashung, Joseph est un type jeune qui écrit avec la maturité de quelqu'un de nos âges', estime Rivers, 62 ans.

De fait, les textes de 'L'homme sans âge' sont crépusculaires et évoquent la solitude, la mort ou les amours enfuies.

Ce changement d'image avait été amorcé par Dick Rivers dans son précédent album, écrit il y a deux ans par d'autres jeunes talents de la pop, -M-, Benjamin Biolay, Mathieu Boogaerts ou Mickaël Furnon de Mickey 3D. Mais certaines de leurs chansons s'appuyaient sur une autodérision et un second degré absents de 'L'homme sans âge'.

'Cet album me ressemble totalement dans ce qu'il dit. C'est la premiére fois de ma vie que j'ai l'impression d'avoir fait des textes', souligne Dick Rivers.

Le son de cet album musicalement réussi évoque l'Amérique fantasmée qui a nourri l'imaginaire de tous les rockers de la génération de Rivers, avec en plus une patte britannique puisque ses producteurs sont anglais.

Toutes proportions gardées, l'esprit du disque rappelle la série d'albums réalisée par le producteur américain Rick Rubin pour Johnny Cash, qui avait relancé la carriére de ce dernier quelques années avant sa mort.

Dans son interprétation, Dick Rivers évite les effets de manche et privilégie une sobriété qui met en valeur sa voix grave de crooner.

Il entamera cet automne une tournée dans des salles de dimension moyenne, en formation réduite et acoustique.

 

 

 

 

La derniére mise à jour de ce site date du 18/07/11

Annuaire et Référencement gratuit avec Referencement-Team !