Retour

Article parue dans le journal VOX POP (N°1)

Dick Rivers Blind test sur VOX POP

APRéS AVOIR PRêTé SA GUEULE DE VIEUX LOUBARD MADRé ET SA VOIX DE CROONER DES JUKE-BOX à CE COCU RéGULIER QU'A éTé LE ROCK MADE IN FRANCE, DICK RIVERS EST DEVENU, TOUT à TOUR, TRICARD (ASSé-DICK), SUJET DE RIGOLADE ET MONUMENT DONT ON LOUE LA LONGéVITé, LA CON­STANCE (VERY-DICK). CE BLIND TEST AUTOUR DE LA JEUNE SCENE éLEC­TRIQUE DE LA CAPITALE AURAIT PU S'INTITULER "LE ROCK'N'ROLL ET LA FRANCE : 40 ANS D'ANACHRONISME"

NAAST " Mauvais garçon "

L'autre fois, j'ai écouté Naast pour voir ce que c'était. J'adore l'énergie, la façon dont c'est produit Le probléme c'est que c'est un peu fastidieux sur la longueur. ça se répéte. L'un des secrets du rock'n'roll, c'est qu'il y avait un sorte de diversité, Et ce n'est pas de la nostalgie, Tu prends un album des années 50, d'Elvis et aprés des Beatles. Tu ne te faisais pas chier, il y avait de ta diversité : " Blue Suéde Shoes" mais aussi "Trying To Get To You". Tu pouvais avoir une magnifique ballade puis une chanson d'enfer. Tu remarqueras que même dans les groupes de heavy-metal, les plus gros tubes, ça a été des ballades. Alors que sur scéne ils te décoiffent. Elvis, à la grande époque, c'était pareil. Il a beaucoup plus explosé grâce à " Love Me Tender " que grâce à "  Hound Dog ". Je n'étais pas trés différent de mes potes d'école. La seule chose, c'est que j'ai fait un pas de plus en osant chanter. C'était un phénoméne social dont le leader était Elvis et ses apôtres. J'ai trés bien connu John Lennon. On avait un point commun, c'était Littte Richard. Il y avait Elvis et les autres. On commandait les disques. On versait les arrhes au vendeur, et on repassait jusqu'à ce que le disque arrive. Un jour un vendeur à Nice nous dit : " y en a un qui est arrivé qui crie encore plus qu'Elvis". Je vais dans la cabine et là j'étais vache­ment emmerdé parce que ça me plaisait autant qu'Elvis, même limite plus. C'est un point commun qu'on avait avec Lennon. Je me suis rassuré en disant : "Pas de probléme, Elvis est blanc, Little Richard est noir". Du coup mes deux chanteurs préférés c'était Little Richard le Noir, et Elvis le Blanc.

Vous avez repris beaucoup de ces titres de rock "anglo-saxon à vos débuts...

On ne faisait que des reprises. Encore, sans vouloir me jeter des fleurs, que ce soit moi tout seul dés 1962 ou avec les Chats Sauvages, on a été parmi les premiers à faire des chansons françaises. C'était le cas sur notre premier 45 tours. Chose que ne faisaient pas les autres ce n'était que des adaptations. L'explication est simple : 1) il n'y avait pas d'auteurs-compositeurs qui écrivaient cette musique, et 2) il nous semblait impensable que cette musique soit chantée autrement qu'en anglais et par des Américains ou des Anglais, donc on ne faisait que des adaptations. En plus aujourd'hui quand un disque de Dépêche Mode ou autre sort à New York, c'est aussi le cas dans le monde entier, surtout maintenant avec Internet. C'était pas le cas à l'époque ! il y a des tas de chansons que j'ai faites, les originales ont été connues des mois voire des années aprés. Les éditeurs faisaient leur boulot et te faisaient écouter des trucs qui n'étaient pas prêts de sortir en France. " y avait les grands qui sortaient mais on ne touchait pas. Moi je n'ai jamais touché à Elvis. Et pour les Anglais...

Pour tes jeunes groupes, le business musical est-Il plus violent aujourd'hui?

C'est à la fois beaucoup plus lent et plus rapide. D'un côté, tu as des groupes qui rament pendant des années parce qu'ils ne sont pas signés par les majors. Ils vont faire un disque distribué de maniére un peu underground, qui va pouvoir finir par percer. Un exemple serait Louise Attaque. Ils se sont faits tout seuls, sur la route, et quand ils ont commencé à vendre 10 000, 30 000 disques, les médias se sont réveillés et ils ont commencé à la radio. Ils font trés peu de tété. Ce qu'on voit c'est qu'il n'y a plus de passionnés qui bossent dans les maisons de disques, uniquement des requins qui sortent de HEC. Quand tu vois les Naast en couv' de Rock & Folk, ça peut être trés violent pour eux. Le tout est de savoir si ces groupes ne sont pas des bulles de savon Si c'est pour qu'ils montrent à leurs enfants dans 20 ans qu'ils ont fait la couverture de Rock & Folk... Nous, on ne l'aurait jamais vécu, ça.

Quand ces groupes sortent un disque, Ils enchaúnent une vingtaine d'Interviews dans la journée puis ils repartent en tournée. Il y a de quoi les lessiver au bout d'un an.

C'est sûr que ça n'existait pas pour nous. Il y avait Salut Les Copains, et bonsoir. Et encore, c'est arrivé en 1962. Je pense que grâce à vous, grâce aux jeunes, le CD est fini. Pas parce que c'est cher ou qu'il y a le piratage. Un mec m'a fait réaliser ça l'autre jour en me disant : 'à l'époque oú Europe 1 était la bande FM avant l'heure, est-ce que tu aurais payé pour avoir Europe 1 ?". Je lui ai répondu non. Aujourd'hui c'est pareil, les jeunes ne veulent plus payer la musique. Par contre, je faisais un concert l'autre jour au Paris Paris (club hype de l'avenue de l'Opéra, ndlr) avec Mathieu Chédid. Il y avait tout le gratin dont mon vieux pote Jean-Baptiste Mondino qui me dit : "Les mecs, faites comme les Américains, faites comme Prince, Bob Dyton ou David Bowie, prenez vos guitares repartez sur les routes ! Parce que ça ! ça n'a pas de prix, ça n'est pas un monde virtuel". Les mômes veulent voir des batteurs, des guitaristes, tout ça. Si en plus vous me dites que ça a commencé dans des caves au Quartier Latin, alors j'ai l'Impression de revivre mon truc en arriére !

SECOND SEX 'Lick my boots'

Ils sont Français ?

Oui, Parisiens, de l'école Alsacienne...

Rien de nouveau sous le soleil. ça aurait pu être fait dans les années 60 ou les années 70. On dirait les Who premiére génération. C'est trés anglais. ça n'a pas le son un peu raffiné des Américains.

 

 

Vous leur trouvez un côté punk aussi

Non, pas trop. D'un autre côté, le punk, je n'y connais pas grand-chose. Sorti des Sex Pistols...

Est-ce qu'ils se revendiquent de leurs péres? Je me souviens d'avoir produit avec Bashung un jeune chanteur au début des années 70, David Rochline. Quand on lui demandait quelle était son inspiration, il nous répondait : Je suis entre les Chats Sauvages et les Who, " Eux je trouve que c'est un peu ça. Il y a te côté primaire, on se fait pas chier, trois accords de blues et c'est parti, David avait sorti un disque chez CBS - à l'époque, pas encore Sony - c'était vachement bien. Et puis il a craqué. C'était un mec fabuleux, il avait une vingtaine d'années... Il n'est pas allé jusqu'au bout. Il ne montait pas sur scéne, Je fais partie d'une génération qui en a vu passer, des mecs qui ne montent pas sur scéne. D'ailleurs, une de mes plus belles conneries a été de ne pas monter sur scéne en France entre 1976 et 1995, Parce que la télé, la radio et ta presse me suffisaient. Avec ces groupes, on revient à mes racines. C'est l'anti-fabrication. C'est pour ça que Je vous demande quelles sont leurs influences. Plutôt Elvis ou plutôt Sex Pistols?

plastiscines 'Shake (twist around the fire)'span>

Je connais, je les appelle les Proserpine. Elles chantent en anglais ? Qu'est ce que tu veux que je te dise ? ça ressemble au début des trucs des Beatles. Je trouve ça formidable parce tout ce qui est rock me plait, mais parallélement, je trouve ça un peu amateur. Elles sont aussi en couverture de Rock & Folk !  Putain, il déconne Manœuvre. Je suis copain avec lui (...). J'ai écouté tout l'album des Plastiscines vu qu'on est dans la même maison de disques. En tant qu'auditeur, je peux écouter des trucs en oubliant complétement qui je suis, mais aussi comme professionnel en trouvant que tel disque est super bien produit, vachement bien chanté et vachement bien joué. Mon probléme c'est que je me lasse à l'écoute de ces disques. Ce dont je rêve, c'est d'un disque qui me surprendrait titre par titre. On n'y est pas encore...

NELSON " People and Thieves "

ça s'appelle Nelson, vous dites? Trés british comme nom... Pas mal trouvé... Pas mal... Dites-moi, ça joue pas mal ! C'est déjà vachement plus élaboré que les autres trucs que vous m'avez fait écouter avant. Mais vous qui avez l'air de vous y connaútre dans tous ces petits groupes, comment vous expliquez qu'ils se sentent tous obligés de chanter en anglais? Parce que le morceau qu'on vient d'entendre, dites, c'est quand même sacrement anglais. Je dirais Angleterre des années 70, même...

Il arrive au groupe qu'on vient d'écouter de chanter en allemand.

Ah ouais... A part Peter Kraus, Elvis Presley sur quelques titres et ce que j'appellerai le Cliff Richards période germanique c'est casse-gueule de chanter en allemand. La langue n'est pas taillée pour se fondre dans le rock. Alors que l'italien, oui, ça peut donner de sacrés bons morceaux. Bon, je confirme que c'est te truc le plus élaboré qu'on a entendu. Les mecs sont des vrais musiciens, ça ne trompe pas une seconde. Il y a une progression. Pas du tout basique et roots comme les Naast ou tes Plastiscines. A part ça, avouez, rien de nouveau sous le soleil. Je ne comprends seulement pas l'utilisation de l'anglais. Peut-être que vos groupes, là, ils ont envie de jouer à fond la carte internationale. Dans ce cas précis, je dis erreur sur toute la ligne. De la même façon que personne ne nous attendait à l'export, j'ai bien peur que le monde anglo-saxon ne continue à leur fermer la porte, à ces gosses. De ce point de vue, les mentalités n'ont toujours pas énormé­ment évolué : il n'y a pas plus protectionniste que les rosbeefs et tes rúcains...

En France, il y a quand même des groupes récents comme Air et Phoenlx qui ont réussi a pénétrer ces marchés étrangers.

Attention. Pénétrer ça ne veut pas dire s'imposer! Nuance de taille. Alors oui, peut-être finalement qu'une formation de France peut s'exporter sans se mettre trop de pression. Nous, on ne réagissait pas de cette maniére. La grande différence entre cette nouvelle génération et la nôtre c'est la disparition, entre temps, du rêve américain. ça c'est fini ! Ce sont les Américains qui se sont vachement européanisés et les Européens largement américanisés. Maintenant, tu peux te payer un vol Paris-New York pour le prix d'un Paris-Nice. Plus te rêve devient accessible et plus il perd de sa substance. Suivante...

LES SHADES ' L'enfant prodige'

C'est ce que je préfére depuis le début. C'est ce que je trouve te plus énergique et le plus... (hésitation). Bon, c'est pas nouveau, mais c'est hyper bien. La seule façon de renouveler le rock de ce pays, ça sera de faire comme vos Shades, là : il faut chanter en français. En français! ça fait 40 ans que j'entend les mêmes conneries : 'ça y est le rock est de retour! Ah! Dis donc, maintenant ça marche bien le rock en France!" Tu ne sais pas de qui on te parle, si c'est du rock des Beatles ou de celui des Rolling Stones. Le rock n'est pas ressuscité car, jusqu'à preuve du contraire, je ne l'ai jamais vu mourir,

Autre point commun entre tous les groupes que l'on vous a fait écouter : ils ont quasiment tous sauté quelques générations en évitant consciencieusement d'en référer à des formations comme Téléphone et Noir Désir.

C'est marrant ! Pourtant les Shades que vous venez de passer je trouve que c'est trés Téléphone. Moi c'est un groupe que j'adorais. Téléphone. Au niveau de la voix, en tout cas, ça se ressemble. Et dieu sait si J'ai reproché à Jean-Louis Aubert, que je connais bien, de chanter à la limite du feux. Ce qui était rattrapé par l'énergie et une insouciance. C'est la base de tout le rock'n'roll, l'insouciance. J'avais cette insouciance à 20 ans et je me dis que tes gamins que vous me faites découvrir ont sûrement ce truc en eux également. Maintenant, cette fraúcheur, je ne la retrouve que lorsque je fais du cinéma ou du théâtre. Pour la musique, je suis devenu beaucoup plus organisé. Je pourrais monter une maison de disques dés demain, je saurais de quelle maniére m'y prendre. L'innocence, je la réserve à la scéne... Ce que je préfére au monde.

Ce constat d'Innocence est-iI encore envisageable dans le monde actuel du disque?

Mon ami Jean-Baptiste Mondino a une théorie intéressante là-dessus. Il pense que, bientôt, les groupes vont recommencer à se comporter de façon non professionnelle. Finis les albums léchés sortant tous les 3 ou 4 ans. On va repasser à un format single, comme ça, juste pour se faire plaisir. Il y aura toujours la scéne et tes tournées, mais cela va être plus libre dans la forme : donner des concerts uniquement pour porter la bonne parole. Pour en vivre, il va falloir repartir sur tes routes. Ce qui est forcément bon pour les gamins.

Dommage collatéral de la crise du disque, les jeunes vont reprendre le pouvoir...

Les années oú un disque pouvait se vendre à des millions, c'est terminé. Tu te rends compte, moi j'ai connu te disque d'or à 1 million. Aujourd'hui on est à 75 000 exemplaires. On est comme le Québec. Une province francophone! Quand Caria Bruni a sorti son album en anglais, elle s'est retrouvée numéro 1 avec... 14 OOO exemplaires dans la semaine. ça te situe le niveau. Les jeunes doivent le savoir : ta musique est de nouveau quelque chose d'alternatif. Déjà qu'il n'y a ptus d'émissions oú l'on passe du rock à la télévision... " Taratata ", mais à part ça... Je suis tricard chez Michel Drucker. qui ne peut pas me supporter. Sinon, il n'y a que des tatk shows à la con et, dans ce type d'émission, je ne suis pas un bon client : trop normal, pas homosexuel, je paye mes impôts, je suis avec la même femme depuis 27 ans, je n'ai pas braqué de banque. Pour Ruquier et Fogiel, je suis trop bien. Sauf que moi qui n'ai jamais été monsieur tube - seulement trois disques d'or par décennie - la crise du disque me remet en selle. CD " Dick Rivers " (Capitol/EMI)

RamDam.com, votre guide de la musique sur Internet

La derniére mise à jour de ce site date du 18/07/11

Annuaire et Référencement gratuit avec Referencement-Team !