DICK RIVERS

 Agrandir  les images en cliquant dessus et les faire revenir à leur position intiale en recliquant .

 

"Bye Bye Lily"

Pour aborder avec sérénité la deuxième décade de sa carrière, Dick Rivers ne lésine pas sur les moyen. Après avoir vendu plus de cinq millions de disques depuis ses débuts avec le groupe mythique Les Chats Sauvages ainsi qu'en solo, il change de maison de disques, optant pour RCA, le label du King Elvis Presley..... s'il vous plaît !

Il renouvelle son entourage artistique, faisant confiance à une nouvelle équipe ayant déjà fait ses preuves. Olivier Toussaint et Paul de Senneville ont travaillés sur de nombreux succès de Michel Polnareff, Michel Delancray a écrit quelques fameux tubes notamment "Kilimandjaro" pour Pascal Danel quant à Mya Simille, ce sont des retrouvailles après deux ans de séparation elle va désormais non seulement s'occuper des textes des chansons mais en plus suivre la réalisation des disques de Dick. Le 12 mai 1970 sort un premier 45 tours deux titres avec "Mes Yeux Ne Pleurez Pas", une chanson d'un style nouveau, un peu inspirés des chanteurs italiens où l'on retrouve toute l'ampleur de la voix de Dick, puis "Femme" qui est de la veine de "Jericho" et qui fait plaisir aux fidèles admirateurs du chanteur, la musique est signée Jean-Marc Brige qui n'est autre que l'ex-roi du madison Billy Bridge reconverti depuis peu avec réussite sous le pseudonyme de Black Swan. Parallèlement, au Québec, sont commercialisées deux chansons demeurées inédites en France à ce jour "Mal De Ne Plus T'aimer" et "Sorina" que l'on a beaucoup de plaisir à découvrir aujourd'hui.

 En juin, Dick Rivers est à Rome pour graver en italien "Mes Yeux Ne Pleurez Pas" devenu pour l'occasion et curieusement "Je T'aime Je T'aime, Je T'aime"  couplé à "Oh Mama Oh Mama" dont la version française est prévue au menu du nouvel album à paraître pour le printemps 1971. Après l'habituelle fournée estivale au Canada puis Las Vegas pour applaudir Elvis à l'international Hôtel, la rentrée 1970 voit Dick mettre "en botte" deux nouveaux titres. Le dernier succès des Moody Blues "Melancholy Man" devient sous la plume de Mya Simille et Michel Delancray "L'Homme Qui Se Rappelle" dans une adaptation écourtée par rapport à l'original afin de ne pas rebuter les programmateurs radio, l'arrangement ayant été revu pour la circonstance par Jean-Claude Petit. Rappelons pour la petite histoire que les Moody Blues avaient porté chance à Dick Rivers en 1965 et que leur "Go Now" traduit en "Va T'en Va T'en" déjà par Mya Similie s'était hissé à la première place du hit-parade de "Salut Les Copains". Pour compléter ce deuxième 45 tours RCA. on fait appel à Pierre Papedïamandis, vieux complice d'Eddy Mitchell pour la musique et à Yves Desca pour les paroles. "Pour L'impossible" est fortement cuivré avec un tempo très rythm' n' blues. Le disque est distribué dans le commerce en janvier 1971. il est suivi un peu plus de trois mois plus tard par le 33 tours nouveau qui est attendu.

Le précédent datant de janvier 1969 ! Outre les deux morceaux du récent 45 tours, dix chansons flambant-neuves le composent et pour commencer "Bye Bye Lily", une valse lente de Pierre Papadiamandis et Anne Kopelman, modeste succès en France mais qui est plébiscitée en Hollande. "Lordy", tiré du répertoire de Hall Diamond, renoue avec un style plus familier à notre ténébreux méditerranéen. "Pardon Si Tu M'aimes" nous rappelle certains des plus grands succès de Dick Rivers tels que "Rien Que Toi", "Je Ne Suis Plus Rien Sans Toi" ou "Viens Me Faire Oublier" au Québec d'ailleurs nos cousins francophones ne s'y trompent pas puisque l'album qui paraît chez eux porte le titre de cette jolie mélopée... à tirer les larmes "Ring", toujours du même compositeur mais dont le texte émane d'Eddy Marnay, a une coloration plus variété traditionnelle.

Avec "L'Amour Sans Toi", on retrouve avec plaisir le crooner de charme sentimental et séduisant avant de découvrir les mots (exempts de tout esprit belliqueux malgré les apparences) de Vline Buggy et Yves Desca semant un rock-médium d'excellent niveau "Fais Justice Toi-même". plage retenue an face B de "Bye Bye Lily" pour le 45 tours simple extrait de l'album. "Mari Et Femme", dernière composition de Papadiamandis sur des paroles d'Eddy Marnay est une ballade touchante destinée au public féminin de l'artiste tandis que "Woah Woah Woah" est un autre rock-médium bien swingant avec chorus de guitare incisif. "Mama" est l'œuvre de Roger Greenaway et Roger Cook, "To Day I Killed A Man" créée pour PJ. Proby en 1969, un chanteur-interprète que Dick vénère depuis quelques années déjà ! C'est Michaele qui a concocté les paroles en français. Enfin "Pour Toi J'ai Tout Réinventé" de Daniel Faure et Pascal Sevran est totalement dans l'esprit de la chanson française traditionnelle.

C'est un réel plaisir que de redécouvrir ces chansons qui font partie du volumineux répertoire de Dick Rivers mais constituent également une part non négligeable du patrimoine de la chanson française.

Duvalex

 

Exalead

 

TOUTE LA MUSIQUE SUR RAMDAM.COM